Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Promenades..
  • Promenades..
  • : Baguenaudes d'un gaucher amnésique.
  • Contact

Texte Libre

Fond De Grenier..

21 novembre 2005 1 21 /11 /novembre /2005 19:16
 

Messieurs qu’on nomme grands ,

Je vous écris une lettre….

France musiques a eu le bon goût, ce dimanche matin, de nous ressortir des interviews de Mouloudji…

Je dégustais tranquillement tous ces couplets, pleins de vie, de verve, de sens… Et j’en ai presque pleuré, j’ai du essuyer des larmes… Ecouter " Le déserteur "…

Prévenez vos gendarmes,

que je n’aurai pas d’arme,

et qu’ils pourront tirer…

 

Et c’est là que j’ai appris que Mouloudji avait demandé à Boris Vian de changer les paroles initiales, ce qu’il avait accepté :

" Monsieur le président " par " Messieurs qu’on nomme grands ", et la fin "Prévenez vos gendarmes que j’aurai des armes " en " que je n’aurai pas d’armes "…..

Je crois que cette chanson, y a gagné force, en universalité et humanité…Elle a dépassé le cadre historique qui était le sien pour porter une valeur tellement plus forte..

 

Et encore…

 

Musulman par mon père,

Catholique par ma mère,

Athée, o, grâce à Dieu..

 

A méditer...

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article

commentaires

GarouDesBois 29/11/2005 22:23

hello .. j'ai créé un track bck sur ton article ... tu peux en faire de même ..
dommage que tu n'aies pas le son

j'ai préféré garder la version originale du texte de Boris Vian .. peut-être moins universel ..
mais je le préfère à celui de Mouloudji justement pour son "imperfection" ...

merci à bientôt

lesclanchier 03/12/2005 10:02

Je n'ai effectivement pas entendu la version que tu mets en ligne... 
Je ne sais pas si elle se termine effectivement par "Prévenez vos gendarmes que j'aurai des armes et que je m'en servirai"...qui est de la toute toute première mouture ( et non : que je n'aurai pas d'arme et qu'ils pourront tirer...C'est surtout sur cette différence de texte que je suis le plus touché.).
Pour ce qui est du 'Monsieur le Président'.. ou des 'Vous qu'on nomme grands', ça m'est aussi assez égal..
Pour ce qui est de la perfection.. Je ne vais pas me permettre une éloge de l'imperfection et râler sur le sujet ;)
Merci pour le Trackback. il va falloir que je me familiarise avec le jargon bloggien.. et renvoyer la balle.
Yves

véronique 29/11/2005 20:25

il faut croire que cette chanson est dans l'air du temps

http://crayongomme.over-blog.net/article-1255173.html

lesclanchier 29/11/2005 21:02

Tout fout le camp...
Si je suis dans l'air du temps, il est temps que  je prenne le large... Vu un collègue, hier, tout autant fonctionnaire que moi, qui lui était carrément insoumis... Il a eu la chance de bénéficier de je ne sais quelle amnistie présidentielle... On trouve vraiment n'importe qui dans la fonction publique...

Moyra 23/11/2005 14:31

Coucou Yves, c'est vrai que je n'avais pas eu ta newsletter et donc pas vu ton article; J'aime bien les chansons de Mouloudji mais pas sa voix . Cela dit merci pour ces infos . Bisou et à bientôt(et merci pour la grossse police(^_^)

lesclanchier 23/11/2005 14:54

Bah! pas grave. Dans le temps je crois bien que la newletter partait automatiquement, là, j'ai  forcé le machin....
Merci de tes visites.. A bientôt sur tes pages..

Ysa 22/11/2005 15:48

Bouh !
et bien tu m'en apprends des choses (des belles), Mouloudji et ses textes si particuliers et très beaux.

Merci à toi et tes oreilles. Ysa

lesclanchier 23/11/2005 14:42

.Moi même je ne les connais que depuis si peu..  Si j'ai bien compris il s'agissait aussi de s'éviter certaines poursuites... Les premières paroles "j'emporte des armes et je m'en servirai... '" pouvant amener certaines réactions....
Je crois que l'émission est disponible toute la semaine dans les pages de France-musiques...
En vieillissant, (et sous l'effet de certains médocs ;-) ) j'ai tendance à devenir un peu sensible et nostalgique...  Hier, certains de mes collègues m'ont rangé dans la catégorie des baba-cools.. (bien vieilli le baba, et pas si coooool ! )  A chacun son étiquette... Tu vois, on part d'une chanson, et puis ça dérape dans votre tête.... En attendant, c'est une très belle chanson, avec des paroles, des vraies, du sens, du poids, du fond, de la poésie.....
Bah! l'anar de jadis est bien rangé dans la fonction publique (c'est un comble!) , mais il n'a pas oublié ce Louis Lecoin   qui lui a permis, par une grève de la faim de 21 jours  sous De Gaulle d'obtenir le statut des objecteurs  de conscience, contre un certain Michel Debré ... A l"époque Lous Lecoin avait 74 ans, ce qui n'est pas rien!

http://increvablesanarchistes.org/articles/1945_68/62lecoin_objecteur.htm... Et moi de faire ce fameux service civil que Chirac ressort, dans une autre vision... Le vieil anar (bien rangé)   que je suis veut aussi lui rendre hommage.. Ce  Lecoin, qui a fait 21 jours de grève  en 1962 et permis la libération des objecteurs emprisonnés alors... Moi, je suis arrivé 20 ans plus tard, et je n'ai pas eu de souci pour l'obtenir ce fameux statut, et passer deux ans à Plancoët... De mes passions adolescentes, il me reste cette fierté...

 Ce  même Lous Lecoin qui dès 1917 avait eu quelques soucis :
http://increvablesanarchistes.org/articles/1914_20/1418_lecoinconseilguer.htm
Pour fait de propagande (notamment à travers le libertaire), Louis Lecoin comparaissait devant le deuxième conseil de Guerre le 18 décembre 1917. Pendant son emprisonnement, il reçut un ordre de mobilisation afin de rejoindre une unité combattante à sa sortie de prison.
Il envoya au gouverneur militaire de Paris la lettre suivante :
Je pense fermement qu'un homme peut et doit se refuser à en assassiner d'autres. La guerre fomentée par le capitalisme mondial est le pire des forfaits, je proteste contre lui en ne répondant pas à l'ordre de mobilisation. En obéissant pas aux injonctions de la soldatesque, en refusant de me laisser militariser, j'agis conformément à mon idéal anarchiste. Je suis logique avec mes idées et reste d'accord avec mon cœur qui souffre au spectacle de ces laideurs et avec ma conscience qui s'indigne que des individus accumulent tant de misères.
Evidemment, Lecoin fut renvoyé au conseil de guerre sous le chef d'accusation "d'insoumission".
Il ne fut même pas écouté, à peine avait-il pris la parole qu'elle lui fut brusquement retirée. Sans autre forme il fut condamné -en son absence- à cinq années de prison militaire et à dix-huit mois de prison pour trouble de l'ordre public.
Tu vois, et maintenant on veut nous ressortir un service civi à la Chirac...Ce n'est pas tout à fait la même chose...
Bon, tu vois je m'égare, je me répands...Sortez vos mouchoirs.
bises à toi, chère lectrice