Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Promenades..
  • Promenades..
  • : Baguenaudes d'un gaucher amnésique.
  • Contact

Texte Libre

Fond De Grenier..

3 mars 2006 5 03 /03 /mars /2006 10:26

 

 Paressez en toute chose...


Paressez en toute chose, hormis en paressant.. Qu'il est malade ce monde qui nous encorage à la paresse et nous stigmagtise si nous nous autorisons  le rien faire. Il est malade ce monde qui crée tous les outils pour nous ôter le travail et nous affamme si nous n'en avons plus... Nous produisons ce que nécessaire avec trois bras, là où il en fallait six, mais nous nous gardons bien de distribuer à ces six bras.. Ou de diminuer la charge des trois bras en la partageant entre les six.


Relisons "Travailler deux heures par jour"  du collectif ADRET.;; ce bouquin, qu'on sort du grenier, cette date inscrite en haut 16/11/77 et mon nom. C'était il y a.. J'avais vingt ans...Je ne renie pas, passées les passions adolescentes pour le drapeau noir, ces interrogations et ces  préoccupations.. Enfouies depuis des années... ça réapparait..On le retrouve ému, on retrouve ces paragraphes soulignés, ces :

Lorsqu' on met en regard des heures que la voiture permet de gagner, celles qu'on passe à travailler pour la payer, on en vient à regretter le temps du vélo et de la marche à pied. Un travailleur qui possède une auto consacre en moyenne chaque année pour son achat, son entretien, son fonctionnement, son assurance, l'équivalent de 375 heures, soit près de 2 mois de travail.


On trouvera chez le flâneur une présentation de ce bouquin

Relisons     Sansot  et son "Du bon usage de la lenteur" :
 

Nous sommes tentés, je ne dis pas d’égaler les plus performants, mais de ne pas être ridiculement dépassés par eux. Cette visée s’avère maladroite et inconséquente. D’abord les infatigables s’aperçoivent que d’autres concurrents cherchent à les rattraper. Ils se retournent avec quelque surprise et redoublent d’énergie en nous narguent : «  Quoi, ces hommes quelconques auraient la prétention de nous accompagner.? » Ce défi supposé constitue pour eux le meilleur des stimulants; En second lieu, par nos efforts, nous élevons malgré nous la norme moyenne (pas si moyenne que celà) du travail du groupe, et il nous faut à nouveau courir après un idéal devenu supérieur à ce qu’il était. Dans leur égoïsme, les infatigables pensent rarement aux traînards qu’ils exécutent et poussent vers la porte de sortie. Je n’ai jamais observé l’un d’eux proclamant à son patron : «  Vous tiendrez compte de mon surcroît de services rendus.Il compensera le déficit de certains de mes camarades ».


 En lisant cette nouvelle de David Lodge, "Mon premier job",  on trouvera une parfaite illustration de ce thème. (un fils de famille, assuré de son avenir, est envoyé par son père faire un job d'été.  Alors qu'il n'est nullement payé au prorata des ventes effectués, vexé de vendre moins que ses collègues, il se prend au jeu et finit par vendre plus qu'eux)  :

Mr Hoskyns me versa mon salaire : trois billets d'une livre plus un de dix shillings. " T'as fait du bon boulot, mon garçon, me dit-il. Depuis que t'es là, la vente sur les chariots s'est mise à rapporter gros. T'as montrré à ces deux flemmards de ptits couillons c'que c'est que d'travailler dur" . Puis il se trourna vers Ray et Mitch. "Et vous autres, faites bien gaffe à ce que je vous dis. Vous avez intérêt à contineur de vous manier le cul quand i'sera parti. SI vous ramenez pas une somme dans ce goût-là tous les vendredis à partir de maintenant, il faudra m'fournnir une bonne raison. - C'est compris ?"


Du vécu :  Une nouvelle collègue arrive dans le bureau, il y a une semaine . Discours de mon  collègue qui l'acueille :

Le programmeur est paresseux.. quand on te demande quelque chose, tu regardes dans ce qui existe déjà si tu as quelque chose d'approchant, tu le reprends, tu changes ce que de nécessaire plutôt que tout reprendre à zéro.

 
Jusque là, rien à dire ! . C'est le b.a du métier depuis l'invention de l'Informatique...Ce même collègue sera bien embarassé de ce temps libéré... Il va l'utiliser pour ouvrir un autre chantier, et encore un autre, depuis trente ans.. Alors à l'autre bout de la chaîne, l'analyste lui en fournira des dossiers, et râlera si le résultat n'est pas là.. Et il en viendra à suggérer de rappeler l'autre collègue en vacances..  plutôt que faire une pause, inventer autre chose, s'ouvrir à autre chose que Cobol... et pour finir, de déclarer, depuis trente ans  :

'Je n'en peux plus, je ne tiens que par les médicaments, je ne dors plus".."Je ne reste dans l'informatique qu'à cause de la prime".

Elle est richesse cette paresse qui nous mène depuis les débuts de l'humanité. Cette paresse, fruit de notre créativité, instrument nécessaire à notre créativité : Comment se libérer de telle tâche? Bon sang, mais c'est bien sûr.. Plutôt que passer ma journée en harassantes cueillettes et chasses qui ne me laissent pas de la journée.. Tiens, si j'inventais l'agriculture et l'élevage.

 Nous sommes bien incohérents : incapables nous sommes de distinguer travail et ressources..


Tu travailleras à la sueur de ton front...

Ben, seigneur, nous essayons de suivre ton exemple et nous reposer.

Oui mon fils, mais, surtout, le dimanche, ne gaspille pas ton temps, viens me célébrer à l'office..


Nous sommes dans cette spirale infernale :  Nous nous effarons des chiffres du chômage...que nous créons, chaque jour, par notre productivité.. Nous sommes riches, mais nous nous gardons bien de distribuer cette richesse.

Univers imbécile.. Croyons nous que le téléphone de poche et le portable vount nous libérer ? Que nenni!  Nous pourrons être harcelé jusque dans nos campagnes.. Automobile ? Que non ! Cette automobile qu'il faut piloter, attentivement.. Nous réussissons à manger le sandwich, fumer, téléphoner tout en conduisant.. Marcher, jusqu'à l'arrêt, attendre tranquillement le bus - en fulminant contre la pluie et le froid ;-)  - en fermant les yeux et révassant, prendre le bus, s'asseoir, se laisser conduire, descendre, faire quelques pas jusque qu'au tram.. et puis se laisser porter.. Et puis marcher pour les dernières centaines de mètres;. Bien sûr !


ça va pas, non!.. On s'fait chier à attendre le bus.. et marcher pour y aller, et puis quoi encore!. avec la bagnole, t'es libre de tes déplacements.


... Ben oui,! Avec la bagnole je vais à mon club de Fitness... où je vais faire du Stepping..



Partager cet article

Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article

commentaires

Syl 19/03/2006 10:17

Bon c'est pas le tout de paresser... et si tu revenais un peu travailler (lol)...
Gros bisous et à bientôt j'espère, Syl

lesclanchier 13/05/2006 18:32

ça va viendre..

Nin@ 18/03/2006 16:31

Bon, tu paresses un peu beaucoup on dirait !! reviens un peu ici écrire !! bon week-end :-)

alain barré 08/03/2006 11:14

«Paressons en toutes choses, hormis en aimant et en buvant, hormis en paressant.» Lessing. Une étrange folie possède les classes ouvrières des nations où règne la civilisation capitaliste. Cette folie traîne à sa suite des misères individuelles et sociales qui, depuis des siècles, torturent la triste humanité. Cette folie est l'amour du travail, la passion moribonde du travail, poussée jusqu'à l'épuisement des forces vitales de l'individu et de sa progéniture."
Cet extrait est tiré d'un pamphlet de LAFARGE, un proche de MARX, vers les années 1860. C'est un texte intéressant, dont certaines idées sont proches de celles que tu défends. Malgré le prestige de leur auteur elles n'ont jamais été reprises dans la vulgate communiste !
Si cela t'intéresse je peux t'envoyer le texte complet sous forme de fichier.
cordialement
alain

lesclanchier 11/03/2006 21:38

Ah! Lafargue... Ne t'inquiète pas pour moi, je connais ce grand classique.. Un petit bouquin rouge chez Maspero, il y a tant et tant d'années.. Avais-je 20 ans? ça au moins, je ne l'ai pas renié, même si je me suis embourgeoisé ;() Mais j'ai la flemme de le retrouver au milieu de mon foutoir ;-) Bien à toi,

veronique 06/03/2006 11:41

le titre me suffit......
j'vais faire la sieste....

lesclanchier 06/03/2006 18:03

Bonne sieste.. Il est tentant  de prendre tant de poses....Le temps d'une pause.

Marcopolis 04/03/2006 20:13

Salut à toi.....épuisant de te lire....pense un peu à nous !!!!! amitiés...

lesclanchier 05/03/2006 11:33

Peut être bien que je devrais aussi penser à moi.. je m'épuise aussi.. Et je me répète par dessus le marché.. Pour une flemmard, je refais cinquante fois la même chose, il va falloir que je me soigne.