Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Promenades..
  • Promenades..
  • : Baguenaudes d'un gaucher amnésique.
  • Contact

Texte Libre

Fond De Grenier..

21 mai 2006 7 21 /05 /mai /2006 17:07

Faire ou ne pas faire là est la question. Le gaucher contrariant lance aujourd'hui à son vaste lectorat une question qui ne manquera pas de soulever un débat riche et fructeux dans une opinion publique en proie à un doute existentiel grandissant. Dans un souci de nécessaire clarification les instances dirigeantes de lesclanchier ont décidé de ne pas se dérober au débat : Comme vous le savez tous, le bien public a toujours été .... bla bla .( pour la suite reprenez votre "manuel du politique en campagne" là où il vous est tombé des mains..

Bon..A l'heure de prendre le thé ma question :

vais-je Faire rien ou Rien faire..

rien faire... plus facile à dire qu'à   tu voudrais te dérober mais tu te fais toujours rattraper par une pensée envahissante ou une activité quelconque.. Et puis ce n'est absence  non ? mais c'est aussi une discipline. C'est la trappe. Et puis c'est un peu dévalorisant ce rien alors peut être devons nous plutôt...

Faire rien : Alors là... Nous entrons dans une ascèse encore plus difficile. là ou le rien faire n'est qu'absence, le faire rien est une volonté positive créactrice, une présence paradoxale.. créer du rien, le bâtir tranquillement ça demande une force caractère.

Mettez vos bulletins dans l'urne, je vous attends!

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article

commentaires

:0071: :0071: Moyra 04/06/2006 20:58

J'ai voté pour ne rien faire !

alain barré 29/05/2006 18:01

En guise de commentaire, voici un poème d'un spécialiste du "non agir" : HAN SHAN. Il a vécu il y a 13 siècles, dans les montagnes de la baie de Hang Chow, à la pointe Est de la Chine."J'avais envie d'aller sur les falaises de l'estDepuis combien d'années j'ai oublié.Hier j'ai décidé d'y grimper en m'agrippant aux lianesA mi-chemin la bise et le brouillard me bloquentLe sentier est étroit, mon vêtement s'accroche, difficile de continuerDans la mousse spongieuse la chaussure n'avance pasJe m'arrête alors sous un cannelier rougePosant la tête sur un nuage blanc, je m'endors !"Je te souhaite un "rien faire" aussi dense que celui de Han Shan.alain