Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Promenades..
  • Promenades..
  • : Baguenaudes d'un gaucher amnésique.
  • Contact

Texte Libre

Fond De Grenier..

30 décembre 2006 6 30 /12 /décembre /2006 09:14

Un bruissement, quelques coups à ma porte. Est-ce bien elle ? Celle que j'attends dans le froid de mes jours. Le froissement se fait plus pressant, plus présent, le toctoctoc s'accèlere. C'est elle.. La voilà pour réchauffer mes jours. Modeste.

D'aucuns la trouve grise et triste... Peut me chaut leur discours, que m'importe le froid éclat de ces soleils mort-nés qu'ils adorent. Elle revient.. Ensemble nous nous fondrons dans les jours, nous traverserons le monde.. Eux vivront leur passion, transis d'admiration, à lever la tête...Leur astre m'est bien trop lointain.

Leur étoile m'est bien distante quand mon amie me prend, m'entoure, me caresse d'une paisible chaleur.

Mon amie la pluie est de retour.

Partager cet article

Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article

commentaires

Marilou 10/01/2007 20:30

Saluton la maldekstrulo ! Bonan jaron 2007 !
 

NicoleA 02/01/2007 12:11

Hé bien moi je t'aime bien poète et nous offrant de si joli mots pour parler de la pluie ... et presque nous la faire aimer( ici en Provence elle est rare ou torrentielle pas de demi mesure )
Tu as une bonne idée ... je rejoins les empêcheurs d'année ... moi ce sera celle d'un anniversaire tout rond mais pas des plus réjouissants quand on passe une décennie ... je crois que je vais rester en 2006 un peu plus longtemps ... quinqua ça me plaisait bien ... Bonne Année  NicoleA (merci de tes commentaires )

:0071:Moyra:0071: 01/01/2007 18:24

Et sans faire de danse spéciale en plus?!

lesclanchier 02/01/2007 11:07

.. Pour ce qui est de danser sous la pluie il me reste beaucoup de leçons à prendre, je ne m'appelle pas..
Je  vais m'associer à mes voisins nantais : 2007 ne passera pas, 2007 ne passera pas..
Que chaque instant te soit propice chère Moyra et trouve y de quoi te réjouir et vivre tranquillement chaque moment en paix avec toi même et le monde autour.
Et pour faire dans la nostalgie, je vais dire comme autrefois chez ma grand-mère : Bonne année, bonne santé, et le paradis à la fin de vos jours..  (Euh.. pour le paradis, on ne peut pas avancer l'échéance).
Bien à toi,
le flâneur

Nin@ 30/12/2006 11:08

moi ça me rend triste la pluie ! j'ai vécu en Bretagne toute mon enfance et je me souviens encore de ces longues journées de pluies qui n'en finissaient pas, avec le manque de lumière !! j'ai besoin d'un rayon de soleil pour être bien, le froid sec ne me dérange pas mais l'humidité, ah ça non !! :-) bises

lesclanchier 30/12/2006 21:41

Chère Nin@..
Je m'en voudrais et on m'en voudrait si je ne faisais un peu dans la provoc.. Ce n'est pas pour rien que je suis un gaucher contra...riant..
Mais je suis aussi un grand frileux et le réchauffement de l'atmosphère me fait du bien.. Et puis la pluie, pour moi, c'est un peu de mouvement.. Il y a le bruit  dans les flaques, les gouttières qui dégringolent, le flic floc sur les toitures.. C'est très physique finalement.. ça me pousse à la rigolade.. Resté môme, je me délecte en pataugeoire.. Bah: je suis de pays gallo, même si j'ai passé deux ans à Plancoêt...
Ben je comprends (enfin j'essaie!) et respecte les gouteux du froid sec.. Et je ne doute pas que bon nombre d'entre eux étaient ceux là même qui ralaient contre la sécheresse estivale.. (Et vlan, dans les gencives ;-) et ça m'autorise à me moquer gentiment d'eux...
Rassure toi, je ne râle pas, le printemps venu, contre une bonne flemme dans un hamac..Et le soleil estival, dans un grand rien faire m'est bien amical...
Pour moi pluie égale mouvement, vie, et soleil m'encourage à une grande paresse, ce qui n'est pas mal non plus, mais à condition de ne pas se geler.Rien ne m'est plus désagreable que greloter... Je dois manquer de graisse.
Rendons à notre hiver breton un peu de quoi râler et alimenter le discours sur la nappe phréatique et les pieds qui pataugent dans la boue..
Yves, ronchonnons sous la couette.