Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Promenades..
  • Promenades..
  • : Baguenaudes d'un gaucher amnésique.
  • Contact

Texte Libre

Fond De Grenier..

20 juillet 2007 5 20 /07 /juillet /2007 21:20

Loi de la tite mousse revêche:

Prenez une tite mousse, ouvrez grand votre table, tous vous laisseront tomber..

Repas trop vite oublié. Quand rien ne veut passer. Quand cette bière qu'on voudrait plaisir ne vous est rien. Quand on n'en tire qu'un grand 'bof!'..Quand cette entrée se refuse à vous laisser porte ouverte. Quand la paella vous reste sur l'estomac. On en laisse.

Esseulé quand on ne refuserait pas la compagnie. Esseulement face à bienheureuse solitude. Esseulement non point liberté mais enfermement. Toutes ambigüités du mot "seul". Quand cette liberté est enfermement, grilles qui se referment autour de vous.

Solitude : Seul contre tous, Je brandirai l'étendard de la liberté...Peut me chaut leurs discours, je n'ai que faire de ces empecheurs de tourner en rond, qui vous éloignent de vous même, vous prennent dans leurs rets. Je n'ai que faire de leurs pièges, de leurs cheminements, du poids de leurs mots, de leur encombrante présence.

Esseulement : Que me dis tu là, l'ami.. Tous contre toi, non pas toi face au monde, tête haute. Solitude n'est que prison. Ces grilles que voilà, ne sont que les murs que tu auras bati dans ta tête. Tête basse te voilà à tourner en rond. Prison qui te privera de toute richesse, balles de ton discours qui rebondiront sur ton enfermement.Qu'est ton discours et fraîcheur et liberté, l'ami, sinon ce fromage né du lait du monde qui t'aura nourri..

Solitude : Cause toujours, c'est l'heure de la pointeuse..

Je dédie ces quelques mots à Alain, avant qu'il ne se barre..

Partager cet article

Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article

commentaires

alain barre 22/08/2007 21:10

Eh oui, nous sommes des animaux sociaux ! Nous vivons en groupes, en bandes, en familles, en maffias aussi !....  et la solitude ne commence réellement à nous plaire que lorsque nous sommes rassasiés de la foule.
Le balancier qui nous mène de l'esseulment au mélange dans la foultitude est réglé différemment pour chacun de nous : plus d'un côté ou plus de l'autre, mais il n'arrête pas d'osciller !
cordialement
alain

NicoleA 29/07/2007 11:44

Tout est dans un équilibre à chercher et à  trouver en permanence entre ce besoin vital de solitude , pour se "re-trouver", pour se "re-construire "  en profondeur , et le besoin tout aussi vital de vivre en société .
J'ai pour ma part besoin autant de l'un que de l'autre mais j'avoue que parfois le manque de solitude  peut me peser , car je ne reprends plus souffle , il me manque l'inspiration cette profondeur de l'être , là où tout trouve sens parce que j'aurai su regarder la beauté indicible (à couper le souffle ) , de la lumière et des nuages dans un ciel lavé par un bon coup de Mistral alors que tant passeront " en dessous" sans rien saisir de cet instant magique ...
 

lesclanchier 29/07/2007 12:08

Merci de ce message qui nous renvoie tellement à  cette réalité de l'équilibre..  N'oublions pas que la richesse de notre être nous la devons aussi à toutes ces interactions avec autrui.. Et que nous ne pouvons en jouir pleinement qu'hors du brouhaha du discours envahissant, du bruit...
C'est tellement bon, souvent, de dire à ses proches : "Bon, maintenant, je ne suis pas là.." .
C'est tellement bon, souvent, ce coup de fil qu'on va recevoir . Trois mots pour vous dire : Tu existes, nous existons.. Nous avons plaisir à le savoir, tous deux.
C'est vrai que j'ai souvent besoin d'être seul. J'ai besoin de ces moments de solitude pour communiquer : Dans ces seuls moments de solitude je peux "causer dans le poste", écrire quelques mots dans le blog.. Comment le pourrais-je avec un regard inquisiteur derrière moi, ou tout simplement curieux. Comment répondre aux éternels "qu'est que tu fais..."..
La petite dernière a bien compris ce message.. Ensemble nous avons un secret  : Elle, elle sait que je blogue..
 
Bien à toi,
Yves