Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Promenades..
  • Promenades..
  • : Baguenaudes d'un gaucher amnésique.
  • Contact

Texte Libre

Fond De Grenier..

20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 19:06

Je suis une vache... non pas, comme vous l'entendriez, une peau de vache.. Non. Une vache, une toute bête vache... Prim'hosltein, robe noire et blanche, casaque... Ne nous égarons pas, ne faisons pas dans l'humour facile..Je vous laisse ça, pauvres humains. Une vache, une toute bête vache, de celles qui paissent tranquillement dans les prés, bousent à l'étable, s'endorment paisiblement et se laissent traire sans mot dire... Bien sûr, me direz vous, les vaches ça ne parle pas.. Je ne parle pas de ce que vous nommez bêtement, je devrais-dire 'humainement', avachissement, abandon à la veulerie... Une vache.. Il faut vraiment être une vache bien névrosée pour se lancer dans une autobiographie.. Passons là dessus...

    Et puis d'abord, hein, les vaches ça ne parle pas, ça ne pense pas, ça ne.. Je ne compte pas tout ce que je ne peux pas faire.. Et toi, pauvre humain, qui te juches sur un piédestal, je ne compte pas tout ce que toi tu ne peux pas faire.. Et tu n'a jamais entendu parler de ces cas rares à la mémoire phénoménale, et tous ces cas dont on ne voit que quelques exemplaires. Admettons, si ça te fait plaisir, que je sois un cas comme il s'en voit un tout les milliards de millards de millards de millards.. Alors oui.. Je veux bien être ce cas plus que rarissime.

    Admettons que je dicte à un pauvre humain tout ce qu'il doit taper. Transmission de pensée, il ne sait même pas où je suis.. D'abord, le mettre en condition..  La vallée où paissaient tranquillement les vaches du tonton, avec sa petite mare.. Voilà qui a le bon goùt de lui être anxiolytique.. Et petit à petit, la dérive. Le voilà, obsédé, qui se jette sur le clavier... Mais d'abord, bien souvent, quand il risquerait de se laisser emporter dans la quatrième dimension, cette petite prise de rappel : La vallée, entre ces petits bois de chataigniers, la petite mare. Voilà qui a un effet bien relaxant.

    Je suis une vache. Vous raconterai-je tout ce que j'ai connu, moi ou mes soeurs ? La paille est humide, il nous faut nous compisser et conchier.. VOus autres humains, vous l'aimez bien notre bouse dans la paille et notre pisse dans la fosse à purin.. Voilà qui nourrira la terre...Que somme nous ? Nous vous sommes mères de substitution.. Mais pour celà, nous ne connaitrons plus guère que l'engrossement de l'inséminateur.. Branlette de substitution, la douce chaleur de nos frères..Non. Engrossement pas substitution..Et nous voilà privées de nos momes.. Il nous faut pisser le lait.. Si encore nous connaissions la chaleur d'une main sur la mamelle. Que nenni..En d'autres temps, oui. Désormais ce sera : flat'ch flat'ch, la trayeuse se met en branle - jeu de mot facile nous fait l'humain à la main encore chaude de son plaisir de vieux gâs -...Le lactoduc de 18h30 arrivera avec quelques minutes de retard..Tu vois, lecteur, quand je te parle de ma névrose, nous y voilà en plein dedans..

    Alors, de ma vie que me faudra-t-il dire ? J'ai déjà tout dit.. L'usine, le travail, ce néant qui nous use prématurément.. Mais que ne formons nous un syndicat.. Mes soeurs et frères ne comprennent rien à rien, et il faut bien le dire, n'ont rien dans le ciboulot. Boîte cranienne réduite...Sortir du troupeau ! Que nenni... Pour ça, elles sont bien comme vous, humains. Bande à part, sacrebleu.... Euh.. Georges, tu ne m'en voudras pas?  Le troupeau.. Et encore, il nous faut suivre le patron.. Nous ne sommes même pas cette joyeuse bande qui va où bon lui semble. Que nenni. C'est un imbécile d'humain, plus stupide que moi, qui va décider où nous devons aller nous nourrir et ronfler..

    Je te vois venir dans tes gros sabots, l'humain bien pensant de gauche. Que ne te rebelles-tu pas.. Et si tu l'encornais, si tu limitais ta production, discrètement ? Tu vois, l'humain, je ne tiens pas à connaître la réforme avec quelques années d'avance.. Je ne suis pas trop pressée de me faire remarquer.. Je me contente de faire semblant, de méditer sur votre sort à vous, et j'ai dans le coin de la tête une mienne théorie sur le devenir et l'origine du monde.. Entre temps, il ne me reste plus qu'a faire dans le haïku à trois sous.. En attendant, je pilote tous les humains qui passent à ma portée, voilà qui m'est source de bien des plaisirs et des misères?

Et si j'étais moi, la maîtresse du monde, à piloter l'esprit troupeau d'un ou deux chefs des tas, histoire de m'amuser?

Partager cet article

Repost 0

commentaires