Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Promenades..
  • : Baguenaudes d'un gaucher amnésique.
  • Contact

Texte Libre

Fond De Grenier..

21 mars 2009 6 21 /03 /mars /2009 10:37
..ou "Comment trouver la sérénité.."

Foncez d'un pas paresseux vers votre centre commercial, rayon livres... Feuilletez les dernières parutions. La main molle vous allez balayer d'un oeil distrait cette quatrième de couverture.. Ouvrir le bouquin en quelque page avant de le reposer.. Au pif..

A naviguer vous vous rendrez ensuite vers ce rayon psy et femmes de notre temps... "Comment j'en ai fini avec mon obésité", "Aimez votre con", "Retrouvez la sérénité avec le docteur kakigima", "La sérénité intérieure par la méthode zigstein", "J'ai fait la paix avec moi-même".. Ricaner, hausser les épaules, sans vous gêner émettre ce "Hé, hé", semi admiratif, suivi 10 pages plus loin par un "quel con".. En ouvrir plusieurs.

A tous faire subir ce même traitement, surtout ne manquez pas de parler tout seul, à voix haute, inspiré, irrité, ironique, franchement moqueur, qu'on puisse vous entendre.. A l'occasion jeter le bouquin,  méprisant, sur un autre rayon.

Et puis, pour finir, la grande idée : Vous aussi, vous ne manquerez pas d'écrire votre propre Baise Stellaire...Piochez à droite et à gauche, crayon en main, toutes ces propositions. Faites mijoter à feu doux...Mixez... Faites en 10 chapitres.  Vous ne manquerez pas en quatrième, de faire noter "Après le bien connu 'Ma renaissance intérieure' Le très cèlèbre docteur machin a accepté de..." N'oubliez pas le bandeau publicitaire : "Déjà 2 000 000 exemplaires vendus".. En tout petit, en limite de bandeau, ajoutez cette ligne 'publicité mensongère.. publicité mensongère.. publicité mensongère ' ça vous évitera un procès pour ce même motif... Après tout, hein, on vous avait prévenu..

ça vous vaudra peut-être un exemplaire vendu à ce lecteur qui aura rigolé devant ce bandeau. Avec un peu de chance il vous ouvrira ses bourses...
Partager cet article
Repost0
17 mars 2009 2 17 /03 /mars /2009 19:38
Il vous aura fait de l'oeil ce Syndicat des pauvres types... Le voilà bien aguicheur ce titre...

On en aura pris une bonne dose dès le premier jour... Voilà qui passe tout seul.. On se laisse porter. Voilà une bonne bière qu'on avale en poussant des soupirs d'aise.. Et qu'on va vite oublier...On le croit. Baste, ça fait tellement de bien. Un roman qui aura l'élégance d'écriture  de la nouvelle, sa tranquille souplesse...
 
On se sera laisser posséder.  On s'y faufile en liberté.. Et nous voilà emportés dans ces univers enchâssés, ces destins entrecroisés du pauvre type, d'un univers depuis un point zéro, big bang, et d'un monde de l'image qui bouge en ses aguichantes créatures... Monde renversé où tout un chacun entre au milieu des grands hommes.. Bien de l'humour, de l'ironie. Big bang qui nous amène à cet Antoine  et se termine avec lui... On se repaît et on est ce télespectateur de "La chaîne" qui va encaisser distraitement ces images tout en ne pouvant s'en passer, par faiblesse, lâcheté de l'esprit... Et puis on se dit : "Blondin va être appelé à la grève précisément le jour où..."...
Roman plus complexe q'u'il n'y paraît... En une journée on sera venu au bout de ses 212 pages, sans trop s'en apercevoir, en souriant... On s'en veut de ne pas avoir pris plus de titres de Faye... On y retournera. Celui-là vous a bien eu.. Possédé..

Les autres sauront-ils vous envouter pareillement..?
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 10:44
, quand il y a une grève, personne ne s'en aperçoit !

Sarkozy 1er, président de la république..


....Peu me chaut mon pouvoir d'achat... Mais j'aime en mon chez-moi retourner à mon président son rictus méprisant..

Ce seul discours suffira à me donner cette journée...Et d'autres courent après les centimes, et pour une fois tous les syndicats causent de concert de CFTC jusque...

Tout est à vendre... Mais le temps d'un homme libre coûte cher.. Nous n'avons guère qu'une vie... Non je ne travaillerai pas plus pour gagner plus.

Si Monsieur porte tant le travail dans son coeur, qu'il double le salaire des smicards et des pauvres types acculés à des travaux abrutissants...

Comme j'aime cette couverture de Télérama : Trop de sécurité nuit gravement à la liberté, collé sur le portrait dudit président...








Partager cet article
Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 20:59
 



Elisée Reclus nous le rappelait..


Hélàs, dans ce foutoir j'ai bien l'impression de n'être guère  anar!

Ici où sera cet ordre synonyme de liberté de mouvement, liberté d'expression, liberté...? Souk dans cette maison, débacle dans le monde..

A vieillir, fonctionnaire, me voilà à ressentir cette bouffée de jeunesse, avec ce bout d'ironie et de distance qui vous évitera les pièges de la possession...!

marié, père de famille, fonctionnaire au service de l'Etat !
Foutoir ! paroxysme du désordre.

Il me reste ce : J'ai refusé, un jour, de porter l'uniforme,  faire partie de la bande, dire 'oui chef'...  Non, je n'avais pas d'absolus religieux ou moraux à faire valoir. Juste des doutes, juste le droit de ne pas obéir a priori, pour préparer ce qu'on se doit de refuser. Juste ce refus de la chambrée,de l'alignement, juste peut-ête un rebelle un peu névrosé... J'ai suivi Louis Lecoin, l'athée, l'anarchiste  qui à 74 ans a fait cette grève de la faim de 22 jours pour ce statut.. pour, bien souvent, des témoins de jehovah! Sortirent de prison des réfractaires qui avaient fait jusqu'à huit ans, pour un "NON". Son acte non-violent avait fait plus que bombes.

L'homme libre, le réfractaire, avait fait plier cet homme  libre, cet autre réfractaire : De Gaulle.

Alors que dire pour cet homme : vive l'anarchiste.

Une seule fois j'aurai dit non.

ça s'appelait le service militaire.. J'ai fait deux ans de service au lieu d'un.. J'ai aidé, un peu.
_________________

Un jour, longtemps après sa fin, j'ai appris que le service mililtaire obligatoire  avait disparu..Le séisme de 2002 m'avait effacé ce bouleversement en 2001, je ne m'en souvenais plus.. Ce service contre lequel s'était battu Lecoin, il n'était plus.

C'était : bouffées de nostalgie d'un sans-mémoire..


Partager cet article
Repost0
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 14:14
Ai dépassé la dose prescrite..

Là où je me donnais vingt minutes, suis resté une heure trente.

Aligner, plier, laisser glisser la semelle. Ce n'est point foutinngue dont on dira tant de bien. Non, je ne mouillerai pas le maillot, je ne libérerai pas toutes ces doses en 'ine' du 'Relax, max, en trente leçons"... Là encore je me contenterai de suivre le fil de l'eau.
Le bonheur tranquille de la routine.

Les mains qui fonctionnent sans vous. L'endormissement. La sérénité d'un rien-faire dans une action toute de routine. Briser un pli,aplanir, sentir cette douce chaleur. Mouiller la chemise. pchiiit...


Chemins de fer... Être de ce train qui va... piloté dans la vapeur.. Pchiit. Pchiit. Plier. Empiler.

 

Dans la vie... faut pas cent fers...

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 14:27
Drinnnn...

M Gauju : Allo, oui, Gauju j'écoute...

La voix : M GAUJU ..?

(La voix semble connue, jeune, un peu timide.. Un copain du Dada, surement..)...

M.Gauju : Oui,. Tu veux quoi, tu la craches ta valda...

La voix : M Gauju... C'est bien m. Gauju ?

M Gauju : Oui, bon, c'est gauju.. Alors tu causes. J'écoute

La voix : C'est M Jean aideschoses de JesaisiFer....

M Gauju : J'en suis fort aise cher monsieur... Je suis tout à fait équipé, et je n'ai que faire d'une enième offre publicitaire.. Sur ce, j'ai bien l'honneur de vous saluer et si si vous le voulez bien je vais reprendre mes activités..

Clic.

 Fils A : .... Ben dis donc, l'daron, comment tu l'as envoyé se faire voir....



Fils A : Mmm'an, t'aurais vu l'père comment il l'a envoyé promener le mec de chez Jesaisifer....

Mmm'man : Bon sang, tu sais bien que le portable Jesaisifer de dada est en panne depuis des semaines....

M Gauju : Ah merde...

Fils Dada : De toute façon, j'en ai rien à cirer d'avoir un portable....

Fils A :

Et ho, et puis hein, il n'avait qu'à dire à quel M Gauju il voulait parler...

....Il y en a 3 ici..
Partager cet article
Repost0
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 21:09
A bas Noel !

Ecrire pour ne pas se laisser posséder par les objets.

Envahissement, usure. Tout autour de cette table familiale, sur cette table familiale.

Eux ont les maîtres.

 Eux vous ont bien eu, roulé dans la farine.. Les virer. Faire de la place.. Nous devrions vivre en bonne entente. Eux te rendraient des services, eux te donneraient jouissance.. Tu les hébergerais.. Rien de tout celà..

Tu les sers, l'espace est leur. Maîtres cubes. Tous ici possédés par ces démons.

Absence d'élasticité des murs. Et qui sera là pour faire le ménage, les loger bien à leur aise ?

Virer tous ces objets. Nettoyer cet espace.

Retrouver toutes les dimensions... Retrouver notre âme.. Prendre le large..

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 16:37
Ils sont là gentiment, à vous faire de l'oeil... On les a récupéré sous le lit, ou au dessus de cette étagère encombrée.. Un autre sera sous le bureau.. Les déguster tranquillement.

Elle vous provoque cette Eloge de la faiblesse et autres petites lâchetés(1)... En voilà un qui n'est point couard le Paucard à nous provoquer pareillement!. Traître à la cause !  Et ce Petit éloge de la douceur(2)...On déguste, au hasard des pages ouvertes.. Vlan, tu t'en souviens de cette chute bien violente dans le tram, livre en main, quand ce jeune casqué ne te proposera pas sa place... Cette Apologie des oisifs(3) on va la déguster tranquillement, il ne s'est pas trop foulé le Stevenson, le bouquin n'est pas bien épais.. Me voilà bien actif à me plonger dans tout ça...Il ne me restera qu'à reprendre une petite gorgée(4) de Delerm pour faire passer. Et qui a dit qu'une vie est trop brève(5) pour en venir à bout ? En attendant, pas la peine de trop se fouler (6).





(1) Eloge de la faiblesse et autres petites lâchetés. Alain Paucard
(2) Petit éloge de la douceur Stéphane Audeguy
(3) Une apologie des oisifs Robert Louis Stevenson
(4) La première 
gorgée de bière. Philippe Delerm
(5) De la brièveté de la vie. Sénèque.
(6)
du bon usage de la lenteur. Pierre Sansot
Partager cet article
Repost0
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 16:32
Mardi...
 On se prend à naviguer entre les chaînes...A la suite de Deibler l'exécuteur on s'en va mener les bois de justice en Belgique, en 1918, quand la guerre est là, pour accomplir une sinistre mission.. Couper une tête avec la machine industrielle du docteur Guillotin..

A zapper nous voilà sur Arte qui nous propose une réflexion sur les rapports entre république et religions dans notre laïque France, quand on triche.. On voudra invoquer dans les textes fondateurs de l'Europe une référence à des sources judéo-chrétiennes... Discours de notre président bien fort dans ce sens...On regarde ce qui se passe en Grande-Bretagne entre toutes ces communautés..
Heureusement, cet instant de bonheur quand le très catholique Bayrou exprime très haut et fort ce refus de tout celà, et proclame clairement son attachement à la loi de 1905, et fait finement remarquer qu'on aurait aussi tout pareillement évoquer les sources gréco-romaines..Il exprime tout celà bien plus honnêtement qu'un président peut-être bien plutôt agnostique ou religieux par intérêt ou manque d'imagination.

A Naviguer sur le ouèbe, à revenir à Deibler, à sa famille....Cette sinistre charge...On compte ces milliers d'éxécution de part le monde. Dans ce monde américain tout autant qu'en Chine, parfois pour bien peu. Dans tant de pays. Répugnant.


Partager cet article
Repost0
6 décembre 2008 6 06 /12 /décembre /2008 16:33

Un jour.. C'était après février 2002..


Dans le fond d'un tiroir, hors mémoire

 


Voilà qui réapparait.


... Ai-je pleuré ? 

La perte de mémoire est riche parfois... Un bout de gratitude, un bout de bonheur..

(J(ai volontairement caché les noms.)
Partager cet article
Repost0