Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Promenades..
  • : Baguenaudes d'un gaucher amnésique.
  • Contact

Texte Libre

Fond De Grenier..

7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 18:32

 

La Troc' vous aura fait de l'oeil en son forum des associations... Le plan, tu ne sais ce que tu en as fait..

 

Ton pas paresseux t'aura mené là... Violence. Le brouhaha, ha, ha, ha, t'aura possédé dès l'entrée. Oui, tu vas supporter ce bruit..

 

Traîner. Faire parler. Parler. Eux, tu leur extrairas les vers du nez. Qu'ils se livrent, disent. Tu ne promets rien. Tu passes.. Qu'ils montrent, évoquent.

 

Là. Les bretonnants. Tu dis ton Esp'. Lui te nomme son membre espérantophone, son nom ne t'es pas tout à fait inconnu, et te déclare qu'il va peut-être bien se mettre à apprendre.. Il a vu de quoi il retournait. Dire en Espéranto. Il dit en Breton.

 

Donneurs d'organe. Tu parles. Ils parlent. Ils disent.. "On s'est déjà vu l'an dernier je crois bien" .. Ah.. Suis-je donc inscrit dans le marbre des mémoires à leur avoir fait donner de leurs êtres en tous leurs mots..?

 

Là.. Te provoquer. Te bouffer. L'oeil dans le viseur : Atelier d'écriture biographique.. Oulala!. Elle parle. Tu repasseras.

 

 

A l'atelier menuisières tu échanges quand on te dit que réservé aux dames.. Non, tu peux toujours leur affirmer que tu n'as pas de poil sur la poitrine... "Tiens, bonjour " Lui te salue. Toi tu ne peux que dire ton inconnaissance.. "Je suis le papa de Sa...". Je ne peux que dire ma mémoire.... "Je sais".. Il te dit qu'il a appris la menuiserie et monté l'association avec cette dame.. Liens qui se tissent à travers ces pauses, ces échanges, ces mots.

 

 

Tu vas tourner. Jeter un oeil. Qu'attends tu? Tu as vu ça. Et ça. Echanger.

 

Là, tu reviens. Disponible. Qu'elle parle, qu'elle te dise. Tu vas dire. Tu vas parler. Avec un peu de chance tu auras réussi à faire sourire la dame... Peut-être Elle te verra en son atelier d'écriture. Peut-être elle trouvera son chemin dans ma jaille..

 

------

 

Retour. Instants. Ne pas oublier la boite bleue. Que les pilules soit gobées.

 


Partager cet article
Repost0
18 août 2013 7 18 /08 /août /2013 17:09

Être épiléptique ? Rendre l'autre malade...

 

 

Le 14 juillet...Au matin, sortir du lit....

 

"ça va mieux..? " Interrogatif paisible.. "Tu m'as fait une superbe crise cette nuit.."

"Ah..."

"Tu n'as pas vu le verre d'eau sur la table de chevet?"

Ben non..

 

Encore une fois, le premier concerné ignore ce qui se passe.. Où est la caméra.. On a interrogé... On vous déclare un corps qui ne sait ce qu'il veut et des yeux qui mènent une autre vie.

"Et ça a duré longtemps..."

J'imagine qu'on trouve toujours que ça dure.  Oui, on me déclare que les crises généralisées je les fait toujours la nuit.. Non, il en a eu moins de dix dans les 11 dernières années, depuis cet an zéro dont on ne sait faire le deuil.

 

Toi le premier concerné tu ne sais pas de quoi il retourne...

 

___

 

 

Les vacances, bonheur d'une flânerie là bas... La pince, sortir de la boutique, fuir l'enfermement.. Là, ce banc.. S'asseoir.. La pression, la crispation de l'être... Non, tu n'as pas crié, non tu n'as pas hurlé.. Libération paisible... Ouf ! ça y est, fini.

"ça va mieux..??

 


"Mais oui, tu sais bien, ça passe"... Une vague crisette de rien du tout, tu sais de quoi il retourne, tu perds pas conscience..

 

Ce n'est rien, non, tu n'as pas eu le bon goût de hurler, te rouler sur le sol tous yeux..Non, tu ne te seras pas compissé.. Et quand même tu t'autorises des pertes de connaissance jamais tu ne t'es compissé..

 

 

Eux ils savent... Toi le premier concerné tu ne sais pas de quoi il retourne...


___

 

 

Quelques jours auront passés, déjà.. Demain, sur la route... Là, en ces locaux.. La prise de possesion, s'asseoir, tout un être qui se serre, s'écrase sur lui même, la machoire.. Et la libération, le dégagement de toutes voies encombrées, tu as hurlé, bien fort, un poumon qui n'en peut mais... Peut-être les voisins auront entendu..

"ça ne finira donc jamais.....Je n'en peux plus...".. La bête a craqué, les viscères ont laché, l'explosion, les larmes. On serait au boulot, je comprendrais, mais là, ça fait quinze jours qu'on est en vacances".

"...Le stress du départ..." Que vas tu dire ?

Tu ne sais que trop que ce n'est rien que possession bien brève.. Elle en sympathie en souffrira bien plus que toi..

 

Eux ils savent.. Toi,le premier concerné tu ne sais pas de quoi il retourne.

 


Et si quelque jour on inversait les rôles? Me faire témoin de la crise généralisée de l'autre..Voir. Vivre avec.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 20:19

Driiiing.. l'objet sursaute en son repos vespéral..


(ne pas en rajouter) Oui.. Bonjour.


(propre sur soi) Bonjour monsieur. Jules jaitoutavendre de la banque tousici...Pourrais-je parler à monsieur yves jesuispasla? 


Ah! Désolé.. Il est absent..


Demain peut-être? Plutôt le matin ou en fin de journée ?


 

(découragé..)Je ne sais pas.. Il est dfficile à joindre.. Toujours sur la route....


Ce n'est qu'une adresse de liaison?

Oui, c'est un peu ça.

 

Dommage..

Bonsoir monsieur.

 

Bonsoir..

.....

monsieur yves jesuispasla a repris son bouquin.Il a bien ri..



Partager cet article
Repost0
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 17:15

 

Il n'en finit  pas de provoquer mes paupières trop lourdes d'on ne sait quelle fatigue. Il est là.. Voilà que toutes températures ont décidé, sans me demander mon avis, de basculer dans une autre dimension.. Je me suis fait avoir, posséder, rouler. Celui-là n'a pas frappé poliment à la porte, ne s'est pas décidé à respecter le protocole.. Lui n'est pas cet ami qu'on se fait paisiblement au fil des jours.. Petit à petit vous vous seriez rapproché gentiment, auriez permis tout divorce à l'amiable d'avec l'autre, vous auriez pu échanger quelques larmes chaleureuses à vous découvrir tant d'affinités. Qui est'il donc celui-là, grossier personnage..?

 

Il a décidé de défoncer la porte.  Le soleil. L'armistice, c'est pour quand? Et la bise?

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 11:02

 

2013-01-18 11.12.41

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 10:53

alpiniste.jpgTu gagneras ta vie à la sueur de ton front. (devise culte-au-travailliste).

 

Ces dernières semaines m'ont vu beaucoup lire les titres d'Albert Jacquard que j'ai découvert en son esprit ouvert... On se fera une idée de son esprit humaniste en ce :

 

qui nous renvoie tout autant à tant d'autres écrits siens.

Jacquard est également connu pour son soutien au logiciel libre et au mouvement espérantiste.

 


Partager cet article
Repost0
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 21:14

Objets qu'on bouge, meut, déplace... Oeil jeté, bras lancé.

 

K'ess tu cherches?

........

 

Objets, avez vous donc une âme...?

 

Si au moins tu disais ce que tu cherches....


Rien, rien...

 

 

Objets qu'on bouge.


Alors? Tu trouves? Tu cherches quoi..???

 

Ma mémoire...


 

Il est là ton cahier.

 

Le numéro 32, posé, tout de paix, à t'attendre... Tabou.

 

DSC00938

Partager cet article
Repost0
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 12:10

Là, lui, il a trouvé ce bonheur...

 

Le ronron ne se refuse pas, et voilà, Elle n'en finit pas d'obéir, quand même elle se voudrait coureuse, à n'en plus vouloir de ce pas trop tranquille, quand elle file trop rapidement sur cette verdure trop rebelle, quand tu te voudrais flâneur...

 

Usée, fatiguée, aurait-elle soif, déjà?

 

Qu'importe le flacon pourvu qu'on aie l'ivresse...Une bonne tournée ne se refusera point., que la rasade se fasse généreuse... En route... Et puis, la toux se fait bleue, elle n'en peut mais sur un coeur qui s'arrête... Qu'elle dégueule cette rasade trop épaisse, quelques massages sauront la renvoyer dans le monde des vivants... Qu'elle entre désormais dans cet entre-deux.. Quelque nouveau massage sur une toux trop épaisse, en ce départ, cette résurrection encourageante.. Non, elle n'en peut plus..Abandonner. Elle va te laisser là, humain...

 

(...)

Pin pon pin pon.. Pinpon d'une sonnerie..

 

"...Ouais."


"Dis donc, A, dans le bidon rouge, avec l'étiquette essence... C'était bien de l'essence? Je crois bien que j'ai mis de l'huile dans la tondeuse..."

 

Objet possédé, il s'est bien fait avoir, lui...


Partager cet article
Repost0
8 mai 2012 2 08 /05 /mai /2012 09:52

 

Rituel...

 

Ancien et nouveau présidents, on le pressent, main dans la main*, on le pressent, se feront raides piliers eux aussi en quelque arc de triomphe..

 

Qu'ils aillent en quelque cimetière enterrer toutes haches de guerre...(pas entre eux, je n'en demande pas tant!)  Ainsi quelque valeur en le rituel. Qui dira: Ils ont mouru, crevés, détruits..Ceux-là n'étaient pas vert de gris...

 

Rituel...

 

Qui, en quelque jour ira à Hiroshima pour un "Humains... mais tellement cons" les yeux en les étoiles, les deux pieds les deux mains dans la merde...

 

On nomme celà équilibre de la terreur...

 

 


  *Perdu!!!   Pas main dans la main!

Partager cet article
Repost0
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 13:49

 

Poursuivre. Toutes les difficultés sont là, dans les lendemains.. Ceux là n'enchantent pas...

Reprendre le fil, se souvenir, rattacher... Ne trop se rendre compte que de ça : le non-fini. Poursuivre n'aura pas le même goût que l'entreprendre. Poursuivre vous est bien désespérant. Un soupir, une corvée..

Quand démarrer est riche de tant de possibles, quand on voit bien vite ce qui a été fait. Le poursuivre n'est que trop de cette amertume: Reste tout ça à faire! N'avons nous donc rien fait hier? Ce fond de jardin, cette véranda en travaux entrepris. En ce jardin des objets se seront déplacés d'un point A à un point B. Et pourtant, toute jaille aura pris le chemin de la bien élevée déchetterie.

On aimerait tant cette nudité essentielle, ce zéro, ce big-bang, et l'avant big-bang. Que ces lieux, déserts, soient riches de quelques étoiles sur un fond plein de néant. Mais ton jardin ne sera pas ça.. Il reste tous bidons, pneus, choses et machins qu'on nommera "tout-venant" en cette façade. S'en débarrasser, que soit place nette et mêmement que ce garage redevienne lieu où garer quand il ne vous vaut qu' égarements...

Empiler tous bois humides, regrouper toutes ferrailles, diling-diling de verres cassés. Que là soit ordre. Ne pas autoriser ce brouhaha quand tout résonne de son côté. De ce foutoir désespérant extirper. Ici ces fers sauront s'accorder en un choeur l'un sur l'autre.

Que sera tout ça? Bouts, cassures, non-finis, trop finis, tout-venant, vrac. Atomes discordants.

S'arrêter. Trouver respiration. Où donc faire disparaître tous ces tas, regroupements bien proprets? Quels contenants pour les emporter vers un autre destin. Seront-elles, choses, oubliées dans quelque cul de basse fosse? Que de ce vrac naisse autre chose. Que se recréent choses et machins, peut-être ..Quel archéologue en fera son bonheur en tous millénaires à venir.

Remplir ces poubelle. Empiler en la remorque...Retour vers le néant essentiel.



 

Partager cet article
Repost0