Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Promenades..
  • Promenades..
  • : Baguenaudes d'un gaucher amnésique.
  • Contact

Texte Libre

Fond De Grenier..

1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 19:20

Où et comment remplacer les  ampoules de ta voiture...


 Quand notre héros est supposé être à jour dans son contrôle technique en remplaçant les ampoules en panne..Ouf! réussi 4 sur 5 !!! N'es tu donc pas capable de faire ce genre de travail le soir à la nuit, facilement, au bord de la route...

 

Où et comment remplacer ton bouton  de démarrage de ta machinette.  Et deuxième fois. tes doigts de fée ont réussi à casser ce bouton-poussoir.. Désormais il te faut pousser avec une allumette...

 

Où et comment sauvegarder localement ton blog sur ta propre machine...


 

Où et comment accéder... Rendez nous de l'accessible, du facile, du quotidien..


 


Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 18:23

...Tellement vaste qu'on en oublie des mots de passe, des existences, des pensées qu'on ne pissera pas sur le clavier...

 

Il te faut humain, trop humain, ouvrir les pages, ne point réserver ton foutoir  à tes 21x29,7... Il te faut humain, accéder à l'humanité, ouvrir ton coeur que tous en profitent, que la pompe à pensées jette son sang...

 

Bon, en attendant, c'est pas l'tout mais j'ai rendez-vous demain chez je ne sais quel neuro pour satisfaire le monde du travail.. Que l'on décide des conditions d'exercice de mes activités et inactivités.. Ma mémoire serait plutôt en meilleur état qu'il y a dix ans... déjà/

 

 

Bon, ça me fait une matinée d'autorisation d'absence, c'est toujours ça de bon à prendre.

 

 

Heureux lecteur en finir avec les pubs... OUF

Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 09:53

Honorable lecteur t'ai-je quelque jour fait l'éloge de la pause  postprandiale?


Confiture de rhubarbe sur lit de beurre breton en son accueillant craquelin... Crème de marron ardéchoise sur galette de riz..


Sluurp satisfait sur dernière bolée de café d' un rural revers de paume...


Tu t'abandonneras à toute insulation, toutes paupières closes. Que le silence soit, que ton âme se fasse douceureuse... Non point projets, non point mondes enfouis en toutes  profondeurs qui se voudraient encombrements de l'être, rien que l'instant en la chaise renversée, rien que plénitude intersidérales, rien qu'épaisseur de toute vacuité sur tic-tac pendulaire, rumeur matinale, penserie... Sans doute humain tu te repaîtras de tout  faire-rien.. glissade en demi-sommeil, rêvasserie bienheureuse...


 

________________

 

 

--

Bruitages d'un film en toute série b, cling-clong de bols empilés, discours impromptus d'une inévitable petite dernière, ronchonnerie matrimoniale, chaise qui se dérobe sous un cul sans accroc, pet sans conviction...


"Bon, monfoutoir, faudrait peut-être penser à se préparer, tu n'as pas tant de temps que ça dans ton compteur!"...

 


Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 21:14

Objets qu'on bouge, meut, déplace... Oeil jeté, bras lancé.

 

K'ess tu cherches?

........

 

Objets, avez vous donc une âme...?

 

Si au moins tu disais ce que tu cherches....


Rien, rien...

 

 

Objets qu'on bouge.


Alors? Tu trouves? Tu cherches quoi..???

 

Ma mémoire...


 

Il est là ton cahier.

 

Le numéro 32, posé, tout de paix, à t'attendre... Tabou.

 

DSC00938

Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 13:49

 

Poursuivre. Toutes les difficultés sont là, dans les lendemains.. Ceux là n'enchantent pas...

Reprendre le fil, se souvenir, rattacher... Ne trop se rendre compte que de ça : le non-fini. Poursuivre n'aura pas le même goût que l'entreprendre. Poursuivre vous est bien désespérant. Un soupir, une corvée..

Quand démarrer est riche de tant de possibles, quand on voit bien vite ce qui a été fait. Le poursuivre n'est que trop de cette amertume: Reste tout ça à faire! N'avons nous donc rien fait hier? Ce fond de jardin, cette véranda en travaux entrepris. En ce jardin des objets se seront déplacés d'un point A à un point B. Et pourtant, toute jaille aura pris le chemin de la bien élevée déchetterie.

On aimerait tant cette nudité essentielle, ce zéro, ce big-bang, et l'avant big-bang. Que ces lieux, déserts, soient riches de quelques étoiles sur un fond plein de néant. Mais ton jardin ne sera pas ça.. Il reste tous bidons, pneus, choses et machins qu'on nommera "tout-venant" en cette façade. S'en débarrasser, que soit place nette et mêmement que ce garage redevienne lieu où garer quand il ne vous vaut qu' égarements...

Empiler tous bois humides, regrouper toutes ferrailles, diling-diling de verres cassés. Que là soit ordre. Ne pas autoriser ce brouhaha quand tout résonne de son côté. De ce foutoir désespérant extirper. Ici ces fers sauront s'accorder en un choeur l'un sur l'autre.

Que sera tout ça? Bouts, cassures, non-finis, trop finis, tout-venant, vrac. Atomes discordants.

S'arrêter. Trouver respiration. Où donc faire disparaître tous ces tas, regroupements bien proprets? Quels contenants pour les emporter vers un autre destin. Seront-elles, choses, oubliées dans quelque cul de basse fosse? Que de ce vrac naisse autre chose. Que se recréent choses et machins, peut-être ..Quel archéologue en fera son bonheur en tous millénaires à venir.

Remplir ces poubelle. Empiler en la remorque...Retour vers le néant essentiel.



 

Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 11:13

 

 

       Comment espère-tu en calculer le poids, tous ces ans entassés, accumulés, qui te sont lourds en le corps et la tête?

 

       Cahiers empilés en noir sur blanc.. Le graphite du jour qui passe aura laissé sa trace, grise, alourdie de tant d'erreurs... La gomme des ans tout là aura bien voulu, froissée... Quelles traces, pauvres hiéroglyphes à peine déchiffrables quand bien même en es tu scribe....


     Ces ans là, comment peux tu les peser, les mettre en cette balance ?

 

 

     Soit un cahier. Il y en a désormais 30.. 21x29,7, petits carreaux, 96 pages... 10 ans... Balance.. Combien de kilos pour ces ans froissés ?

 

   Une année pèse 1,4 kilo.

 

 

 

 

 

 

 

_________________________

 

 

Fouilles multiples.. Remue-ménage....

                     "I t'manque quoi ?."

 

Elle s'énerve, peut-être.. . Déplacements en toutes choses...

           "ça nous avancerait un peu si tu nous disais ce que tu cherches..."

 

Lâcher prise... l'inavouable....

           "Ma mémoire..."


             Il est là ton cahier...

 

 

 

DSC00938

 


 

 

 


Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 11:32

 

 

Quittée cette Chapelle des aulnes1... Bien ardu le chemin qui te mène de La frileuse2 Orgères2 en sa  Maladrerie2 ,fuyant ses chauffeurs,   à la Liberté3 ..

 

 

A le voir se dresser celui-là, tout de sa hauteur, bien carré sur ses pieds, le chateau de cette Villentrois3, trop fier, l'atteindras tu, cette autre, cette tienne liberté3?

Sinueuse la route qui n'en finit pas de grimper sous les roues de ton vélo.

Toute de rigueur cette  liberté qui  se paie de cette manivelle en ce puits. Combien rustres ces commodités sur ces planches là bas, en ce jardin...


Marronier et grenouilles à se ma(r)rer.. Tu en as fini de cette liberté...

 

Plus avant tu te garderas de sortir de ton chapeau ces 28+36+(37x2)+22+44 pour tous chiffres et lettres..-

 

__________________________________

 

"Faut vraiment le faire, ça vaut le coup... ouais, faut l'avoir fait..."

 

 

Si vous n'avez pas saisi c'est tout bêtement les lieux qui ont pu me voir au cours de mes dix premières années d'existence.. Vous aurez la suite plus tard

 

______________________________________________________________________________________________________________

 

1.   La Chapelle Launay. 44   (http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Chapelle-Launay)

2.     Orgères en Beauce.28 ( http://www.mairie-orgeres28.fr  )

3.. Villentrois.36 ( http://www.villentrois.webou.net/index.html)

Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 18:29

 

Lui, il va ronchonner, grommeler, monologuer...

 

 

 

Elle : "Tu nous casses les couilles!"


"Oui ma fille, c'est bien pourquoi tu n'en as plus depuis longtemps"..


"Arrête ton cinéma!  Le plus drôle  c'est que tu ne m'as pas sorti  : quand on est bien élevé on dit : Tu m'uses les testicules". Alors là.. tu me la bailles belle!"

 

"Je peux quand même causer, non..."

 

"Epi, ppppa, si t'étais un un peu plus malin tu m'aurais sorti qu'il faut vaut mieux dire  :'Tu m'épuises les gonades.. Comme ça peut te chaut le sexe de l'autre"

 

"Bon, je peux finir mon bol ?"

Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 10:02

Les uns soliloquent, d'autres causent tout seul... Distinction bien artificielle dira le passant.. Soliloquer c'est bien parler tout seul, non?

 

Avouons le... Je me permets le soliloque.

 

          Causer tout seul.. Monologuer: Nycturie verbale tout de ronchonnemment, celui-là qu'on niera....Honte de qui se compisse. A qui s'adresse-t'il?Celui-là n'attend rien, nul auditeur ne se veut à l'écoute.. Il n'est rien d'autre que freins qui lachent, abandon, baragouin de l'âme ou du corps.. "Moi, parler tout seul ? Où vas tu chercher ça?.. ça me ferait bien..".

 


 

        Soliloque: Celui-là se revendique. Non pas discours abandonné au bord de la route, il n'attend que cet auditeur en son echo: Ce grand bavard. Les mots sauront rebondir à qui. Le locuteur tout en sa réflexion, méditation, exploration: Il n'attend que ça, ce message. Entre la liste des courses ou toute immersion en les profondeurs de l'âme.Voilà qui sera source de nouvelles pistes, ouvertures, inventions, cheminements...

 

       Peut-être trouvera-t-il au bord du chemin cet autre auditeur qui renverra la balle en un : 'Ben, le 24, il vient juste de passer, tant pis pour vous'. Oui. Peu te chaut, soliloqueur, que celui-là entende les bruits de ton âme, l'écume de tes névroses, le plan de congé, ce discours porté sur ton collègue. "Oui, je cause tout seul. C'est bien possible...Et alors?"

 

Soliloque dira l'autre.. N'est-ce point la blog de trottoir?


 

 


Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article
27 novembre 2010 6 27 /11 /novembre /2010 10:06

     Encore paumé.. Et personne pour vous renseigner. Avec mon foutu sens de l'orientation..!. Ah ! Une pancarte.. "Mont Paradis : Altitude: ???". C'est quoi ce cinéma. Bon, une balustrade. Une sacré belle vue sur la terre.. "Attention, travaux.. danger. Ne pas se pencher'"...Ouais, j'ai intérêt à faire gaffe, avec le bol que j'ai....


   Mais qu'est ce qu'ils ont tous en bas avec leur gueule d'enterrement ?  C'est bien silencieux ici.. snif...snif.  ça chuchotte.. C'est qui ce type allongé là ? Tu verrais sa gueule... Pas mieux que les autres..

 

   ça m'a fait un sacré choc! Tu parles j'étais sur les pointages.. Tiens, en ano, ça ne lui ressemble pourtant pas. Téléphone.. Son fils : "Papa va être en anomalie.. Le médecin vient de signer le certificat de décès". Le pauvre! Il n'avait même pas soldé ses congés1.. Je vais m'arranger pour les transférer discrètement à sa femme, après tout, on lui doit bien ça, après tout ce qu'elle a enduré.

 

   Attends! Il me ressemble sacrément, ce n'est quand même pas moi..   Ouais, faut pas rêver, c'est bien moi dans le rôle du mort. En costard cravate ? ça ne peut pas être moi. De quoi j'ai l'air? Franchement ringard. Enfin, bon, pour le reste de la distribution, ça ne vaut guère mieux. Ils sont cons ou quoi..? Ils voudraient se foutre de ma gueule, ils ne feraient pas mieux. Ils s'en vont se débarasser de moi et ils me collent un costard tout neuf, comme si je n'avais pas assez de fringues à mettre à la déchetterie. Ils n'ont rien compris au film. Mais, ça le recyclage...

 

 

   Bon, pour l'heure, peinard.. Pas mal ici. Je vais quand même en profiter un peu, pour une fois. Pas le boulot, les mômes, madame. Bon, la foule là bas, dans le fond... Je les verrai bien assez tôt..Mais qu'est qu'ils ont tous à gueuler ?

 

  Ni fleurs ni couronnes. Bon ça, ça va. Bon, pour le reste, j'ai dit : "Pas d'incinération, ça gaspille du carburant. A la rigueur, solaire, mais bon...Autant s'en servir pour plus utile. Moi je suis biodégradable. Et puis, bon, dans quelques dizaines de millénaires on pourra retrouver ma carcasse un peu mal foutue..avec un peu de bol, trois brins d'Adn. On a sa fierté, zut.

 

En attendant j'ai bien fait de mettre mon éloge funèbre de côté, copyrighté et tout et tout, c'est quand même plus sûr. J'avais noté : "A ouvrir en cas de décès". Bon, pour les droits, c'est un peu loupé. C'est elle qui touchera, ça lui fera un supplément de pension. 

 

Ah, c'est sympa ici, rien à dire..

 

Mais qu'est-ce qu'ils ont tous: Saute, saute, saute,  tire toi, vite... Et pourquoi je devrais me tirer d'abord ? Tous ceux que je vais pouvoir rencontrer.. Causer dans le poste avec pas mal de monde dis-donc.. Un coup de bol Sénèque.. Avec un peu de chance le Diogène ne m'enverra pas balader... Plein.. Chouette..

 

Ben dis donc, en bas, tu l'entendrais : Allez madame, poussez, un petit effort....


 

Non, non, c'est pas vrai... c'est pas dieu possible.. Au secours. Il est là, lui, l'autre connard, le numéro deux. Je croyais pourtant en être débarassé et le voilà..

 

Au secours, au secours..

 

sauter... sauter, vite, vite. Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa...Meeeerde. La balustrade est réparée. 

 

 

 

 

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

P.s : Pour le même prix  un peu de "De la brièveté de la vie" de Sénèque... Pour lever le pied ...


 

 

 

 chap 2.5. Enfin rien de plus extravagant que les colères de quelques-uns ; ils se plaignent de la hauteur des grands qui n’ont pas eu le temps de les recevoir. Comment ose-t-il se plaindre de l’orgueil d’un autre, celui qui jamais ne trouve un moment pour lui-même ! Cet homme, quel qu’il soit, avec son visage dédaigneux, vous a du moins regardé, il a prêté l’oreille à vos discours, vous a fait placer à ses côtés ; et vous, jamais vous n’avez daigné tourner un regard sur vous-même, ni vous donner audience.

 

*1

 

chap 3.5. La plupart des hommes disent : A cinquante ans, j’irai vivre dans la retraite ; à soixante ans, je renoncerai aux emplois. Et qui vous a donné caution d’une vie plus longue ? qui permettra que tout se passe comme vous l’arrangez ? N’avez-vous pas honte de ne vous réserver que les restes de votre vie, et de destiner à la culture de votre esprit le seul temps qui n’est plus bon à rien ? N’est-il pas trop tard de commencer à vivre lorsqu’il faut sortir de la vie ? Quel fol oubli de notre condition mortelle, que de remettre à cinquante ou soixante ans les sages entreprise, et de vouloir commencer la vie à une époque où peu de personnes peuvent parvenir !

 


Repost 0
Published by lesclanchier - dans De tout et de rien...
commenter cet article